Chronique du 31 octobre 2018

Scribe « spécial Halloween »

Parce que le Scribe voit une occasion d’enrichir votre français et vos connaissances peu importe le jour de l’année.

L’Halloween d’un point de vue linguistique

Selon l’Office québécois de la langue française, il est nécessaire d’utiliser la majuscule en début de mot.  On doit aussi l’utiliser au féminin, nous dirons donc Joyeuse Halloween et non Joyeux Halloween.

Des mots à découvrir

Quelqu’un qui a peur de l’Halloween est un samhainophobe.  « Samain » ou « Samhain »  en irlandais est la première des quatre grandes fêtes religieuses de l’année celtique, fêtée aux environs de notre 1ᵉʳ novembre. C’est aussi le nom d’Halloween et du mois de novembre dans les langues gaéliques.

Pour en savoir davantage : https://www.youtube.com/watch?v=B2s6klLtufk

Rebaptisée « Halloween » après que le pape Grégoire IV eût introduit en France, en 837, la Toussaint fixée au 1er novembre, la fête celtique de Samhain exist…

Un individu apeuré à l’idée de rencontrer un fantôme est un phasmophobe.

Un petit quiz thématique

http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/quiz-francais/2018/10/31/37004-20181031ARTFIG00027-halloween-oserez-vous-faire-ce-test-terrifiant.php

Chronique du 26 octobre 2018

Sur le bout de la langue
 
Une logique mathématique…
 
Plus d’un et moins de deux
 
Malgré qu’on sous-entende le pluriel lorsqu’on utilise la locution plus d’un (donc au moins deux !) le verbe qui suit se met au singulier.  La raison est qu’on accorde le verbe avec l’adjectif numéral.
 
Exemple :
Plus d’un élève sera récompensé lors du gala.
 
Toutefois, Si le verbe qui suit plus d’un emprunte la construction pronominale et qu’il exprime une action réciproque, le verbe se met au pluriel puisqu’il y a dans ce cas nécessairement plusieurs personnes qui font l’action.
 
Exemple :
Plus d’un concurrent se craignaient l’un l’autre.
 
Dans la même logique, avec l’expression moins de deux l’accord sera fait au pluriel.
 
Exemple :
Moins de deux semaines seront nécessaires pour juger la qualité de son travail.
 
Mot à découvrir
 
Plusieurs politiciens font de la verbigération.
 
En médecine, le nom signifie un trouble du langage entraînant un flot de paroles sans sens.  Dans l’usage commun, on peut mentionner que la verbigération est l’habitude à prononcer des discours longs et sans cohérence.
 
Lien internet
 
Je vous propose une capsule humoristique sur certaines de nos expressions.  C’est toujours plaisant (et parfois troublant) d’entendre des Français imiter notre accent québécois.
 
Voici un petit guide des pires expressions québécoises avec l’équivalent des expressions françaises pour vous aider à parler québécois lors de votre prochain…

Chronique du 19 octobre 2018

Sur le bout de la langue

Peu, peu de et le peu de, soyez vigilants

1.     Peu employé seul signifie « un petit nombre de personnes ou de choses », et le verbe dont il est le sujet s’accorde au pluriel.

Exemples :

L’examen était difficile, peu ont réussi.

Le débat était houleux, peu étaient satisfaits du résultat.

2.     L’Office québécois de la langue française mentionne que « dans le cas des locutions adverbiales peu deun peu deun peu plus deun peu moins de, le verbe s’accorde habituellement avec le complément qui suit ces locutions, car c’est lui qui exprime l’idée dominante »

Exemples :

Cette partie de ballon-chasseur a attiré peu de monde.

Peu de personnes sont intéressées par cette activité.

L’expression le peu de, elle peut avoir deux sens : « l’insuffisance, le manque de » ou bien « la quantité nécessaire, suffisante de ».

3.     Le verbe qui accompagne le peu de au sens de « l’insuffisance de » reste au singulier.

Exemple :

Le peu d’inscription à cette activité a entrainé son annulation

4.     Le verbe qui accompagne le peu de au sens de « la quantité suffisante de » s’accorde avec le complément qui suit cette expression.

Exemples :

Le peu de carottes qu’elle a récoltées lui permettent quand même de faire un bon potage.

Si vous doutez, vous cherchez.  Un ouvrage comme le Multidictionnaire de la langue française est l’outil parfait pour ce type de question.  En cherchant le mot « peu », vous trouverez les différentes locutions et l’accord qui s’y rapporte.

Liens Internet

Une lecture bien intéressante : le français, c’est payant !

https://quebec.huffingtonpost.ca/jean-francois-thibault/langue-francaise-payant-allophone-franciser-identite-quebecoise_a_23562905/

quebec.huffingtonpost.ca
La langue française est en net recul au Québec et dans l’ensemble du Canada.

Vous aimez les livres et la photographie? elle aussi…

https://creapills.com/elizabeth-sagan-mises-scene-livres-20181015

creapills.com
Elizabeth Sagan est une artiste passionnée de littérature et de photographie qui se met en scène dans de superbes photos aux côtés de livres.

Chronique du 5 octobre 2018

Sur le bout de la langue

On mange végé ?

Végétarien, végétalien, « vegan » et tutti quanti

Un végétarien est une personne qui ne consomme pas des produits issus de la mort d’un animal, que ce soit de la viande, des poissons ou des fruits de mer.  Il y a aussi le semi-végétarien qui ne retire de son assiette que la viande.

Un végétarien qui ne consomme ni lait, ni œuf, ni miel est un végétalien.  Le terme « vegan »est l’équivalent anglais d’un végétalien strict.  Un végétalien strict va jusqu’à exclure tout produit provenant d’un animal.  Il ne portera pas de cuir ou de laine et choisira ses produits cosmétiques selon ses convictions.

Un flexitarien n’élimine pas complètement sa consommation animale, mais il en limite grandement son usage.

Le pesco-végétarien (parfois nommé pescetarien) est celui qui bannit la consommation de viande de son alimentation, mais qui donne une place dominante aux poissons, aux mollusques et aux crustacés.   Le terme tire son origine du latin « piscis » qui signifie « poisson ».

Notez que le terme « végane » est entré dans le Robert en 2014.

Le français s’anime

Héros prend toujours un « s », c’est en anglais qu’il s’écrit  « hero ».

https://www.youtube.com/watch?v=G9iPkX8lLrs&feature=youtu.be

Animation à partir de la campagne de valorisation du français du Cégep de Rivière-du-Loup. http://www.cegeprdl.ca/campagne-de-promotion-du-francais/ Collabor…

 

Chronique du 28 septembre 2018

Sur le bout de la langue

Les élections ou un scrutin

Le terme élection renvoie à l’ensemble du processus électoral ; du déclenchement de la campagne électorale, la campagne et ses débats jusqu’à la période de votation.

Le scrutin est directement lié à la notion de vote.  C’est l’ensemble des opérations qui constituent un vote.

À éviter

« faut faire sortir le vote »

« Faire sortir le vote » est un calque de l’anglais to get out the vote. On peut lui préférer les expressions : convaincre les électeurs d’aller voter ou de se rendre aux urnes, inciter les électeurs à voter ou à exercer leur droit de vote.

Mots à découvrir

« Nous devons éviter de côtoyer des cuistres, privilégiez les gens coruscants. »

Le nom cuistre renvoie à un individu qui étale inutilement son savoir.  Ce savoir est parfois mal assimilé.

L’adjectif coruscant signifie quelque chose qui brille, il peut être utilisé au propre comme au figuré.

Le français s’anime

Le gros bon sens, c’est censé être sensé.

https://www.youtube.com/watch?v=TqmjjuY-934&feature=youtu.be

Animation à partir de la campagne de valorisation du français du Cégep de Rivière-du-Loup. http://www.cegeprdl.ca/campagne-de-promotion-du-francais/ Collabor…

 

Chronique du 22 septembre 2018

Sur le bout de la langue
 
Certains ont apprécié les pléonasmes de la semaine dernière.  En voici d’autres qui pourraient vous amener à réfléchir.
 
Un forum de discussion
Le forum est un endroit de discussion. Le mot provient du latin « forum » qui signifie place publique où discutent des gens ».
 
Camionnette, fillette et maisonnette
Elles sont déjà petites, nul besoin d’utiliser un adjectif réducteur pour les qualifier.
 
Durer longtemps
Le verbe durer signifie une action qui s’allonge dans le temps.  L’expression durer longtemps est donc un pléonasme, mais elle peut être considérée comme une hyperbole si elle est employée de manière consciente.
 
Une autre alternative
Le préfixe « alter » signifie autre.  Au même titre, on ne peut pas utiliser l’expression double alternative.
 
 
Quelle heure est-il ?
 
Faut-il faut écrire :
a) 11 h 25
b) 11 hrs 25
c) 11 H 25
d) 11:25
 
La bonne réponse est a. Le seul symbole qui doit être utilisé pour indiquer l’heure est h On doit l’écrire avec une minuscule et il faut laisser un espace entre les chiffres et le symbole de l’heure.
 
Dans Le français au bureau et sur le site de l’Office québécois de la langue française, on mentionne qu’on ne fait pas précéder les minutes inférieures à dix d’un zéro et qu’on ne fait pas suivre les heures justes de deux zéros.
 
Exemples :
 
La réunion a lieu à 12 h (et non 12 h 00).
Le nouvel employé est arrivé à 8 h 6 (et non 8 h 06).
 
Il faut également privilégier l’écriture de l’heure dans son format de 24 heures plutôt que d’utiliser le am et le pm.
 
Dans les textes littéraires, l’heure et la durée s’écrivent le plus souvent sous forme entièrement alphabétique.
 
Exemple :
 
La reine sortit à cinq heures.
 
 
Le français s’anime
 
Félicitations prend toujours un s.
Animation à partir de la campagne de valorisation du français du Cégep de Rivière-du-Loup. http://www.cegeprdl.ca/campagne-de-promotion-du-francais/ Collabor…

Chronique du 14 septembre 2018

Sur le bout de la langue

Petits pléonasmes à éviter

Petit détail

Un détail est déjà petit, il n’est pas nécessaire de le minimiser davantage.

Bip sonore

Par définition, un bip est un son.  L’affubler de l’adjectif sonore est donc une répétition inutile.

Moi, personnellement

Ou pire «Moi, personnellement, je…». Ayez recours à d’autres formulations, plus humbles peut-être : «En ce qui me concerne», «à titre personnel»…

Un bref résumé

Un résumé implique la notion de brièveté.  Il faut conserver un minimum de contenu tout de même, peu importe la longueur du résumé.

Un tri sélectif

Faire un tri est un acte de sélection.  Le mot sélectif est donc inutile.  Un tri peut être intelligent, réfléchi ou même aléatoire.

Lien internet

L’Office québécois de la langue française a mis en ligne de nouveaux articles concernant la rédaction dans les réseaux sociaux.  Prenez le temps d’y jeter un coup d’œil, c’est très instructif.

http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?Th=1&Th_id=447

Le français s’affiche

Sa va ?  Pas vraiment !  Mais ça va !

https://www.youtube.com/watch?v=rOBvMFJG8pk&feature=youtu.be

Animation à partir de la campagne de valorisation du français du Cégep de Rivière-du-Loup. http://www.cegeprdl.ca/campagne-de-promotion-du-francais/ Collabor…

Chronique du 7 septembre 2018

Sur le bout de la langue
 
Entrain et en train
  1. Valérie a beaucoup d’entrain lorsqu’elle prend la parole.
  2. Luc est en train de calculer ma prestation. 
 
Le premier est un nom masculin qui renvoie à la vivacité, à la bonne humeur. 
 
« En train » est une locution qui est souvent employée avec le verbe être, elle exprime une action qui se déroule. Cette formulation est toujours employée devant un verbe à l’infinitif.
 
On rencontre aussi l’expression littéraire « être en train » qui signifie « être en bonne santé physique et/ou morale ».
 
Exemple : Il n’est pas très en train en ce moment : il doit avoir des soucis.
 
Lien internet
 
Vous connaissez les influenceurs sur Youtube ? Découvrez les booktubeurs, des amateurs de littérature qui proposent des lectures variées.
 
** Pour plus de freckles, mettez la vidéo en HD! ** Infos sur le livre: Titre – Manikanetish Autrice – Naomi Fontaine Style – Littérature autochtone Édition …

 

 
Le français s’affiche
 
Miroir
Animation à partir de la campagne de valorisation du français du Cégep de Rivière-du-Loup. http://www.cegeprdl.ca/campagne-de-pr… Collaboration avec l’Écol…

Chronique du 31 août 2018

Sur le bout de la langue
 
Lorsque Andrée ou lorsqu’Andrée
 
La conjonction «lorsque» est à ranger dans la même boîte orthographique que «puisque» et «quoique», indique l’Office québécois de la langue française. «Ces dernières s’élident toujours devant les pronoms il, elle et on ainsi que devant en, un et une.»
 
Exemple : « Lorsqu’on sera prêt, ils arriveront puisqu’ils sont ponctuels. »
 
Il faut donc comprendre que devant un nom, on doit écrire la conjonction complète.  On dira donc : Lorsque Andrée me renouvelle mes livres, je suis heureux.
 
À noter que les conjonctions «lorsque», «puisque» et «quoique» peuvent aussi s’élider devant «avec, aucun, aussi et enfin».
 
Exemple : «Il était trop tard lorsqu’enfin il se décida à rentrer à la maison».
 
Ce raccourci n’étant pas obligatoire, il est possible d’écrire «lorsque enfin», «puisque avec», etc.
 
Testez vos connaissances !  
 
 
 
Le français s’affiche
 
Inclus et exclu
 
youtu.be
Animation à partir de la campagne de valorisation du français du Cégep de Rivière-du-Loup. http://www.cegeprdl.ca/campagne-de-pr… Collaboration avec l’Écol…

Chronique du 24 août 2018

Sur le bout de la langue

L’été a été difficile !

Surtout lorsqu’on entend dire une belle été.  Été comme toutes les autres saisons est de genre masculin.  Nous avons donc eu un bel été.

D’un point de vue étymologique, le mot été vient du latin aestatem, qui signifie le « temps de la chaleur ».  Parlant de chaleur, l’origine du mot « canicule » est aussi intéressante.  Canicula veut dire « petite chienne » en latin. À Rome, c’était le surnom de l’étoile Sirius. Cette étoile brillante se lève et se couche en même temps que le Soleil lors des grandes chaleurs de l’été.

Les affiches du français s’animent…

Au printemps dernier, Daniel Breton, enseignant à l’École des métiers du cinéma et de la vidéo, m’a proposé de  transformer les affiches de la campagne de promotion du français en animation vidéo.

Voici donc la première animation que je vous invite à partager :

https://youtu.be/ZGR3o3jjn3Q